BOURSES DE RECHERCHE DES CYCLES SUPÉRIEURS 2019-2020 pour le désarmement, le contrôle des armements et la non-prolifération 

(English version)

5 000 $

Renseignements détaillés concernant le concours

Les bourses de recherche des cycles supérieurs pour le désarmement, le contrôle des armements et la non-prolifération sont offertes par la Simons Foundation et le Programme de recherche et d’information dans le domaine de la sécurité internationale (PRISI) d’Affaires mondiales Canada (AMC).


En tout, quatre bourses de 5 000 $ CA seront remises à des étudiants canadiens à la maîtrise ou au doctorat afin d’appuyer les recherches indépendantes et la rédaction d’un essai universitaire portant sur un sujet précis lié à la non-prolifération, au contrôle des armements et au désarmement. Les bourses prévoient également un soutien pour un voyage à Ottawa au cours duquel les lauréats présenteront leur travail achevé lors d’un événement spécial à Affaires mondiales Canada qui se tiendra en mars 2020. 

        Date limite de présentation des candidatures :                          3 février  2020
        Sélection des quatre boursiers :                                                  17 février  2020
        Présentations à l’administration centrale d’AMC à Ottawa :     25 mars 2020 


COMMENT PRÉSENTER SA CANDIDATURE 
Les demandes complètes doivent être acheminées par courriel à Elaine Hynes de la Simons Foundation à  ehynes@thesimonsfoundation.ca avant la fermeture des bureaux (HNP) le 3 février 2020.

Votre demande doit comprendre ce qui suit : 
•    Votre curriculum vitæ, y compris une preuve de citoyenneté. 
•    Un relevé de notes complet et officiel (des copies électroniques des relevés officiels sont acceptées).
•    Un essai universitaire (1 500 mots, format MLA) portant sur l’un des sujets proposés ci-dessous concernant la non-prolifération, le contrôle des armements et le désarmement. 

ADMISSIBILITÉ 
Ce concours est ouvert aux citoyens canadiens et aux résidents permanents du Canada actuellement inscrits à un programme d’études supérieures. Les étudiants de cycle supérieur qui poursuivent leurs études à l’étranger peuvent présenter une demande, mais les frais couverts pour le voyage à Ottawa permettant aux lauréats de prendre part à l’événement organisé par Affaires mondiales Canada en mars seront limités aux déplacements à l’intérieur du Canada (ou l’équivalent). 

Afin d’accroître le nombre de chercheurs canadiens travaillant dans le domaine de la non-prolifération, du contrôle des armements et du désarmement, les employés d’Affaires mondiales Canada et les personnes ayant déjà obtenu la Bourse de recherche des cycles supérieurs ne sont pas admissibles.  

PROCESSUS DE SÉLECTION 
Un groupe d’experts formé de trois spécialistes et universitaires travaillant dans le domaine examinera les demandes et recommandera quatre candidats. Des représentants de la Simons Foundation et du PRISI devront approuver les recommandations. Les candidats sélectionnés seront informés le 17 février 2020.

PRÉSENTATIONS À L’ADMINISTRATION CENTRALE D’AFFAIRES MONDIALES CANADA
Les lauréats présenteront leur travail lors d’un événement spécial organisé par Affaires mondiales Canada à l’édifice Lester B. Pearson à Ottawa en mars 2020. Ils seront invités à préparer une présentation en format PowerPoint pour leur exposé. Les bourses seront remises lors de l’événement à Ottawa et un rapport comprenant notamment les travaux présentés sera publié en ligne par la Simons Foundation. La présence à l’événement visant à décerner les bourses de recherche des cycles supérieurs qui se tiendra à Ottawa est obligatoire. Les frais de déplacements au Canada, ainsi que les coûts pour l’hébergement et les repas qui ont été approuvés seront remboursés par la Simons Foundation.

SUJETS pour 2019-2020

Les candidats à la maîtrise et au doctorat peuvent choisir de se pencher sur l’un des sujets suivants :

1.    Dans quelle mesure croyez-vous que le transfert de technologies incorporelles (TTI) joue un rôle dans le risque lié aux armes de destruction massive dans le monde d’aujourd’hui, et que pourraient faire les gouvernements pour atténuer ces risques ? 

2.    À la lumière de la menace généralisée du terrorisme nucléaire et du besoin consécutif d’une sécurité nucléaire robuste, comment les États peuvent-ils améliorer leur sécurité nucléaire sans que ces mesures n’entravent l’accès des États à l’énergie et à la technologie nucléaires à des fins pacifiques ? 

3.    En 2018, les Nations unies ont lancé Jeunesse 2030 : Travailler avec et pour les jeunes, pour appuyer l’autonomisation, l’engagement et la participation des jeunes. La priorité numéro cinq de la stratégie vise à encourager les jeunes à devenir des acteurs de la paix et de la sécurité. Comment le Canada peut-il œuvrer à accroître davantage la participation des jeunes dans les processus de non-prolifération, de contrôle des armes, de désarmement et/ou d’élaboration de politiques relatives à l’espace ?

4.    Dans le cadre de la Déclaration du sommet de Bruxelles publiée par les chefs d’État et de gouvernement participant à la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord tenue à Bruxelles les 11 et 12 juillet 2018, « l’Alliance réaffirme sa détermination à […] prendre de nouvelles mesures concrètes et efficaces permettant de créer les conditions propices à de nouvelles négociations sur le désarmement nucléaire et à la réalisation de l’objectif ultime d’un monde sans armes nucléaires, […] d’une manière toujours plus efficace et vérifiable qui favorise la stabilité internationale et se fonde sur le principe d’une sécurité non diminuée pour tous ». Quelles mesures concrètes les membres de l’OTAN pourraient-ils envisager pour accomplir ces objectifs, et vaudrait-il mieux prendre ces mesures sous le cadre institutionnel de l’OTAN ou en dehors de ce cadre ?

5.    L’espace est un milieu de plus en plus contesté, engorgé et compétitif, et une importance croissante est accordée au maintien de la paix et de la sécurité dans l’espace tout en appuyant son utilisation commerciale. Quelles sont les mesures concrètes (lois, règlements, politiques, procédures, ententes multilatérales, règles d’engagement, etc.) que le Canada pourrait appliquer pour promouvoir la paix et la sécurité dans l’espace, au-delà de son appui à des résolutions et traités internationaux et à des mesures visant à accroître la transparence et la confiance ?


Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Elaine Hynes de la Simons Foundation
par courriel à ehynes@thesimonsfoundation.ca ou par téléphone au 778-782-7779.

Les bourses de recherche des cycles supérieurs visent d’abord et avant tout à accroître le
financement accordé au cycle supérieur pour les recherches en matière de désarmement,
de contrôle des armements et de non-prolifération.

 

Avis de non-responsabilité : Les opinions et les positions exprimées dans le cadre du programme de bourses de recherche des cycles supérieurs visent à stimuler les débats universitaires grâce à un partenariat annuel pour l’éducation des jeunes conclu entre la Simons Foundation et le PRISI; les thèmes ne reflètent pas forcément les opinions de la Simons Foundation, d’Affaires mondiales Canada ou du gouvernement du Canada.